Formation hygiène alimentaire (HACCP) : quelles sont les entreprises concernées ?

Toutes les personnes, physiques ou morales, travaillant dans le domaine de la restauration et de l’alimentation doivent suivre une formation hygiène alimentaire. L’HACCP comme on l’appelle n’est pourtant pas obligatoire pour les hôtels, à condition de ne pas offrir de service de restauration complète. Qu’en est-il vraiment de cette formation ?

Les domaines d’activité concernés par la formation hygiène alimentaire

Les domaines concernés sont nombreux et c’est la loi qui a fixé la liste. Ainsi sont concernés tous les métiers de bouche ainsi que les entreprises travaillant dans l’agroalimentaire. Les restaurations collective, commerciale et toutes les autres structures de transports, le GMS compris, sont également touchées par l’obligation de suivre la formation hygiène alimentaire.

En fait, la loi a prévu que toutes les enseignes qui servent des repas à table et de façon régulière pour plusieurs personnes en sont contraintes. Toutefois, la loi est souple et cela se comprend, sachant que les problèmes d’intoxication alimentaire et de maladies provenant des aliments sont pour la plupart causés par des poisons. Vous pouvez consulter oaformation.com pour avoir de plus amples informations à ce sujet.

Qui est concerné par l’HACCP ?

La formation HACCP est obligatoire pour tous les restaurateurs, à savoir les restaurateurs traditionnels, les hôtels et les clubs de vacances. En fait, même les propriétaires d’établissements de restauration rapide, de cafétéria, de salon de thé sont aussi concernés. De même pour les fermes et pour les auberges ou encore pour les associations qui offrent des repas tous les jours.

Pour aller plus loin, les camions de pizzas, les voitures mobiles saisonnières (le caractère régulier étant effectif) jusqu’aux bateaux de croisière sont aussi concernés. Pour les bars, s’ils proposent une restauration en salle, la formation devient indispensable. Les traiteurs avec services à table y sont également soumis.

Les hôtels, en sont-ils exempts ?

Les hôtels ne font pas exception à cette règle. En fait du moment où leur service de restauration ne concerne que le petit-déjeuner, ils peuvent s’en passer. L’obligation n’incombe pas non plus aux traiteurs, aux bouchers, aux boulangers, aux charcutiers, aux pâtissiers et aux poissonniers. Il en est de même pour les chefs cuisiniers à domicile. Pour les tables d’hôtes et les propriétaires d’auberge, s’ils utilisent essentiellement des produits du terroir, ils en sont dispensés. Même si vous avez un magasin avec service de bouffe rapide debout, vous pouvez ne pas suivre la formation.

En sont également dispensés tous les professionnels n’ayant pas encore 3 ans d’ancienneté dans le domaine de l’agroalimentaire et de l’alimentaire en général ainsi que les gestionnaires et exploitants. Un autre texte de loi prévoit d’autres restrictions puisque certains diplômes dans le secteur alimentaire sont exclus car les connaissances nécessaires ont été offertes durant la formation.

Le guide de bonnes pratiques d’hygiène dans un restaurant
Conservation des aliments : les bases à connaître pour votre sécurité sanitaire