Les avantages du compte personnel de formation

CPF

Tout au long de sa vie professionnelle, le salarié a tout à fait le droit de suivre une formation en adéquation avec ses objectifs professionnels. Grâce au CPF, il peut financer une partie ou la totalité des frais de scolarité. Le CPF est crédité en euros et non pas en heures de formation, ce qui a été le cas avec le DIF.

Le CPF : c’est quoi au juste ?

Le cpf ou Compte Personnel de Formation est un dispositif qui a remplacé le DIF ou Droit Individuel à la Formation depuis le 1er janvier 2015. Il est ouvert à tous les actifs âgés de 16 ans et plus. Ce compte est alimenté en euros : 500 euros par an à la limite de 5 000 euros. Pour les salariés non qualifiés, le plafond passe à 800 euros par an à hauteur de 8 000 euros.

En effet, le montant est calculé au prorata du temps de travail. Et c’est la Caisse des Dépôts et des Consignations qui se chargent d’alimenter chaque compte en se basant sur la DSN ou Déclaration sociale nominative. Les droits acquis sont mobilisables tout au long de la vie active des bénéficiaires. L’objectif du gouvernement est de maintenir l’employabilité des citoyens et de sécuriser les parcours professionnels.

Le CPF s’adresse principalement à toutes les personnes âgées de 16 ans et plus ainsi qu’aux jeunes de 15 ans ayant signé un contrat d’apprentissage. Il est clôturé automatiquement lorsque le titulaire a fait valoir ses droits à la retraite sauf au titre des activités de bénévolats et de volontariat. Si vous recherchez une formation professionnelle éligible au CPF, rendez-vous sur icademie.com.

Quels sont les avantages du CPF ?

Grâce au CPF, tout le monde a droit à l’évolution professionnelle en suivant une formation continue tout au long de sa vie active. À la différence du DIF, les droits sont rattachés directement au salarié. De la sorte, le capital réuni sera transféré d’une entreprise à une autre lorsqu’il change de travail. En bref, il ne risque pas de perdre les points accumulés.

Avec le CPF, le salarié peut également faire valoir ses droits à tout moment pour suivre une formation qui correspond le mieux à ses objectifs professionnels. En effet, de nos jours, il n’est plus nécessaire de négocier avec l’employeur sur le choix de la formation si les heures de formation n’empiètent pas sur le temps de travail.

Plusieurs formations sont actuellement éligibles au CPF : langue étrangère, bureautique, communication, etc. Ce qui donne à tous l’opportunité d’approfondir leurs connaissances, d’apprendre de nouvelles techniques et de se spécialiser dans un domaine précis. De la sorte, choisissez votre session en prenant en compte votre projet professionnel.

Comment peut-on alimenter un compte personnel de formation ?

Tous les actifs à part les agents publics disposent d’un CPF crédité en euros. Les heures acquises avant le 1er janvier 2020 sont alors converties en euros à raison de 15 euros par heure. Pour les salariés à temps partiel dont le temps de travail varie entre 50 à 100 % du temps complet dans l’année, les droits sont similaires avec ceux des salariés à temps plein. En revanche, si le temps de travail est inférieur à 50 %, les sommes créditées seront calculées au prorata du temps effectué.

Pour les travailleurs indépendants, le CPF est crédité de 500 euros par an à hauteur de 5 000 euros. En cas d’arrêt d’activité au cours de l’année, les droits sont calculés au prorata du temps d’exercice de l’activité. En tout cas, chacun dispose d’un espace personnel sécurisé sur moncompteformation.gouv.fr. Vous pouvez donc accéder à toutes les informations vous concernant et obtenir une liste des parcours de formation éligibles au CPF en parcourant le site.

Quoi qu’il en soit, les formations éligibles au CPF sont variées : certification professionnelle enregistrée au répertoire national des certifications professionnelles, validation des acquis de l’expérience ou VAE, bilan de compétences et bien d’autres encore.

Comment peut-on utiliser son compte personnel de formation ?

Le titulaire ou son représentant légal peut mobiliser son compte de formation à tout moment. Il est d’ailleurs possible de suivre des formations sans l’accord de l’employeur en dehors du temps de travail. Par contre, lorsque les sessions se déroulent pendant le temps de travail (une partie ou la totalité), il faudrait demander une autorisation d’absence à son supérieur au moins 60 jours avant le début de la formation si la durée est inférieure à 6 mois et 120 jours si elle est supérieure à 6 mois. Dans ce cas, le responsable dispose d’un délai de 30 jours pour donner sa réponse. À défaut, la demande est automatiquement validée.

En effet, si le capital réuni n’est pas suffisant pour financer la formation, l’employeur peut alimenter un compte ou financer directement une partie ou la totalité des frais pour donner un coup de pouce au salarié. Par la suite, ce dernier est en droit de demander un remboursement à la Caisse des Dépôts et consignations.

Pour les demandeurs d’emploi, il est possible de déposer une demande d’abondement à Pôle emploi pour financer le reste à payer d’un projet de formation. Si la demande est accordée, l’inscription à la formation est validée automatiquement.

Guide pratique pour bien choisir sa formation professionnelle